Points Maison: Gryffondor 79 - Poufsouffle 51 - Serdaigle 32 - Serpentard 19
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Libre | Chocogrenouilles et Patacitrouilles ~ ♥

 :: Poudlard :: Autres salles :: Bibliothèque Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Callidora Travers
Attention, prof méchant
avatar
Messages : 44
Date d'inscription : 03/01/2017
Dim 8 Jan - 0:31
LibreParce que je vous nem trop ♡
Chocogrenouilles et Patacitrouilles


La démarche aérienne et le port de tête haut, une ombre se fondait parmi les foules excitées qui échappait enfin à la molle emprise de cours parfois trop fastidieux. L'appel de la liberté -ou du ventre pour les moins poétiques - se faisait pressant, si bien que le déclin d'un soleil d'ocre signa la fin d'une journée bien remplit. Et, alors que les foules s'amassaient dans les couloirs pour regagner la Grande Salle, la silhouette serpenta à contre- courant pour se nicher à l'abri des regards, là, tout près d'une porte vieillit par le temps.

Un fin sourire fleurit alors sur ses lèvres, et c'est d'un murmure mélodieux qu'elle glissa un "Alohomora", baguette en main, qui ne trouva cependant d'écho que dans l'échec et l'incompréhension de la sorcière. Qu... Quoi ?!! La porte de ce vieux concierge lui résistait ? Comment osait-elle ! Callidora pesta donc une première fois et fit face à cet adversaire qui, masqué derrière une apparence frêle et chancelante, ne craquait pas. Cette fois-ci, ce fut d'une voix agacée, presque sèche que le jeune professeur réitéra l'opération, sans pour autant trouver le succès escompté. Alors, c'est dans un long soupire que Callidora s'adossa au bois et affronta les couloirs désormais vide. Maudit Cracmol et ses maléfices destinés à duper la magie. Il avait sans doute pressentit la menace et par conséquent renforcer son emprise sur le trésor qui demeurait tapis là, derrière cette vulgaire porte de bois.
Il fallait avouer qu'il fallait être totalement dénué de sens de l'observation pour manquer le comportement plus que suspect de Callidora à l'égard du concierge qui, sans doute pris de terreur à la vue d'une sorcière le suivant à toute heure, avait fini par disparaitre de son champ de vision. Peut être que cette blague sur l'impero et le monstrueux désir qui saisissait Callidora à l'idée de dévaliser le stock d'objet confisqué avait été mal interprété... Quoi qu'il en soit, toutes ces réflexions n'aidait en rien une sorcière qui, depuis quelques jours déjà, semblait s'ennuyer au plus haut point.

Elle avait passé la nuit précédente à errer dans les couloirs en quête de passages dissimulés, comme décrit dans trop de journaux de Poudlard, sans pourtant parvenir à quoi que ce soit. Enfin, pour tout vous avouer Callidora avait pressé le pas lorsqu'elle avait noté la présence de ce corbeau de directeur non loin de là. Cependant elle comptait bien réitérer l'opération la nuit à venir, soyez en sûr ! Mais avant...
Callidora se détacha de ce support qui lui tenait tête et finit par se dresser sur la pointe des pieds afin d'examiner les jointures et diverses serrures qui lui resistaient tant. Ce n'était pourtant pas l'envie d'exploser cette porte à coup de pied qui manquait à la belle, ni celle de la brûler, de la démolir à grand coup de sortilège ou de hache s'il le fallait, mais faire preuve d'une telle violence à l'encontre du bâtiment pourrait la précipiter dans les bras d'ennuis peu divertissants. Enfin, elle pouvait toujours faire porter le chapeau à un élève, ou plusieurs, cela ne serait pas bien difficile à la vue de l'équipe de bras cassé qui l'entourait, mais bon. En cas d'échec, aussi infime soit ses chances, les retombées seraient bien plus lourdes. Et puis le concierge avait senti à coup sûr une menace planer sur son bureau, il était par conséquent trop tôt pour jouer les aventurières badass et emplit de classe. Tant pis.
Callidora se saisit donc d'une Bulle Baveuse qui avait trouvé refuge dans sa cape, au côté de ses Patacitrouilles, et la mâcha longuement comme pour dissiper cette frustration qui l'entourait.

-Attend un peu que je trouve un sort qui te changera en immonde rat, vieillard. Les chats de cette école se feront un plaisir de te mettre au sport. Marmonna-t-elle en prenant le chemin de la bibliothèque.

Bridée par une éthique plus tenue par la menace que la morale, Callidora s'élançait d'un pas décidé en direction de ce refuge qui l'avait accueillit dès son premier jour. Le seul véritable endroit qui demeurait fascinant dans cette vieille bâtisse, en dehors de la forêt interdite bien évidemment. De toute manière, l'adjectif seul de cette appellation éveillait bien trop la curiosité du professeur pour demeurer hors de sa portée bien longtemps. Tout était une question de temps, comme pour le bureau du concierge, ou bien pour ces salles dissimulées par le château.

Callidora adressa donc un sourire radieux à une bibliothécaire qui retrouvait la Grande Salle au pas de course et prétexta une absence de faim lorsque celle-ci l'interrogea sur la direction qu'elle empruntait. Et puis, il n'y avait pas d'heure pour étudier, n'est-ce pas ?
La blonde au sang de vélane poussa donc la porte de cette salle du Savoir et s'immergea bien assez tôt au coeur d'un ouvrage intitulé "Histoire de Poudlard" en quête d'indice pouvant la mener à l'un de ses secrets. Cependant, et alors que le ciel se drapait de jais et d'étoiles, l'excitation quasis constante de cette pile électrique retomba doucement, la poussant à poser son menton sur sa pile de lecture tout en entamant une nouvelle. Du moins, jusqu'à ce qu'un je-ne-sais-quoi éveille brusquement toute l'attention de la jeune femme. Etait-ce une simple impression ou bien une présence confirmée ? Elle ne pouvait clairement l'affirmer, la fatigue n'aidant que peu son jugement, mais lorsque cette sensation s'intensifia Callidora se redressa à demi et scruta tout autour d'elle, jusqu'à tomber sur cette fenêtre et le clair de lune qui y trônait.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 06/01/2017
Lun 9 Jan - 13:41
Griffonnant de multiples choses sur un long parchemin, Lesath leva les yeux, et remarqua que le soleil était en train de décliner. L'intensité des rayons du soleil s'abaissaient de minutes en minutes, et il ne s'était pas rendu compte de ce détail, car il avait travaillé pour sa matière et pour sa maison toute la journée. Pointant son bureau complètement désordonné du bout de sa baguette magique, il marmonna l'incantation. Les grimoires et les parchemins avec le sceau de Poudlard s'empilèrent et se rangèrent tout seul. Il s'étira dans son fauteuil et observa son bureau d'un air songeur sans vraiment le voir. Il y avait un bon nombre de jours qu'il était ici à présent, mais pas grand chose n'avait changé dans son antre. Un feu nourri vrombissait dans la cheminée, répandant chaleur et lumière dans la salle circulaire. Une grande bannière représentant un Lion rouge et or prenait la moitié de la pièce. Le reste était simplement constitué d'un canapé deux places, d'un fauteuil confortable non loin du feu, et d'une table basse dont les pieds représentaient chacun une jambe de griffon. Le reste des murs étaient constitués d'étagère où divers grimoires et objets étaient entassés. Certains changeaient d'aspect dans un simple "pop" sonore, d'autres changeaient juste de couleur. Un immense aquarium était également visible, où un petit poisson rouge se transformait en Strangulot dans un horrible bruit de succion toutes les cinq minutes. Dans son ensemble, lorsque l'on y rentrait pour la première fois, il était très difficile de se concentrer plus sur son propriétaire que sur la pièce en elle même. Une fois que son regard eut terminé de balayer l'ensemble de la salle, il décida qu'il était tant de se promener un peu pour se divertir. Avec l'agilité d'un homme de 20ans, il se leva et marcha vers la porte qui était entre-ouverte. Au fur et à mesure qu'il se dirigeait vers cette dernière, ses mains devinrent des pattes rousses, son nez un museau dont les poils de sa barbe ne changèrent pas tellement d'aspect. Aussi, lorsqu'il passa la porte à pas de velours, ce n'était plus un homme qui traversait le couloir, mais un petit renard roux, d'aspect fin et agile.
Il marcha ainsi pendant plusieurs minutes, ses sens aux aguets. Chaque fois qu'il entendait un élève qui ne s'était pas dirigé vers la Grande Salle, il disparaissait dans les ombres naissantes du château pour devenir invisible à n'importe quel individu qui n'y prenait pas attention. Plusieurs fois même, il dut se glisser sous la tapisserie pour ne pas se faire repérer. Alors qu'il avait fait plusieurs mètres sans réel but dans l'école, il s'arrêta à plusieurs pas de la porte du concierge. Une silhouette fine, très élégante et bruyante semblait s'acharner gentiment après la porte du concierge. Il plissa ses petits yeux de renards et respira les odeurs environnantes. Il grogna légèrement de plaisir lorsqu'il reconnut l'odeur du Callidora Travers, la Professeur de DCFM. Il ne lui avait jamais parlé, mais il avait souvent été ébloui par sa beauté, qui ne semblait d'ailleurs pas tellement naturelle. Il était content de pouvoir l'observer ainsi, tapis dans l'ombre. Elle n'était plus aussi gracieuse que lorsqu'elle était en société. Elle semblait au contraire folle de rage. Pour une raison inconnue, son instinct lui dit de la suivre, alors qu'elle quittait son vice sans pour autant être parvenu à l'accomplir. Il marcha quelques couloirs de plus et se glissa à sa suite dans la bibliothèque. Il fit bien attention de ne pas se faire voir par la bibliothécaire, car elle l'aurait chassé, même peut être tué n'importe quel renard avec ses griffes de vautour. Il sauta d'un pas leste vers la fenêtre, et profita du contre-jour pour l'observer dans sa lecture. Les secondes s'écoulèrent, puis son regard se posa sur elle. Ses poils roux commencèrent alors à disparaître et il reprit peu à peu sa forme humanoïde. Il était à présent bras et jambes croisés, dos au mur de pierre de la bibliothèque, et il l'observa d'un regard malicieux avant de déclarer dans des paroles pleines de sarcasmes.

- Je ne savais pas que vous entreteniez une relation si passionnée avec notre ami Concierge, Madame Travers. Frapper avec autant d'acharnement relève presque du harcèlement...

Il fit tournoyer sa baguette magique dans ses doigts d'un geste nonchalant. Il n'était pas fou au point de baisser sa garde alors qu'il se moquait d'elle délibérément.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Callidora Travers
Attention, prof méchant
avatar
Messages : 44
Date d'inscription : 03/01/2017
Mar 10 Jan - 0:22
LibreParce que je vous nem trop ♡
Chocogrenouilles et Patacitrouilles

- Si vous saviez tout ce que l'on peut faire avec un Incarcerem Black, croyez moi, vous seriez ravi que je tente de crocheter votre porte à vous aussi. Cependant je décèle en vous un certain attrait pour le voyeurisme, puisque vous semblez au courant de mes petites activités secrètes et nocturnes. Serait-ce du harcèlement ou bien le début d'un amour passionné ?

Peu déconcerté par la soudaine venu de ce collègue, Callidora avait répondu au tac-au-tac, un espiègle sourire au bout des lèvres. Il fallait avouer que le sarcasme et l'ironie étaient des langages qui plaisait à la jolie blonde, cependant l'idée même d'avoir été surprise en pleine délit sans avoir pourtant pu noter la présence d’éventuels observateurs dérangeait quelque peu le professeur. Qui sait ce que cette escapade aurait pu lui couter entre les mains d'autres. Enfin, un mauvais pas de plus dans une dance des plus dysharmonieuse ne pouvait mettre en péril la grâce de celle-ci, n'est-ce pas ? Simplement lui accorder une allure quelque peu innovante, qui sait ? Cependant le professeur n'appréciait que peu contempler un tel manque d'attention, notamment lorsque celui-ci venait de sa propre personne, aussi ce fut masqué par un radieux sourire qu'elle vint graver au creux de sa petite caboche d'acerbes paroles destinée à ne plus plier face à la fatigue ou l'inattention. Cependant, comprenant que le regard de son ainé n'avait toujours pas quitté son visage, la jeune femme n'eut d'autre choix que d'ouvrir son livre intitulé 'L'art de la magie noire' et s'y plonger comme pour enrayer la gêne qui colorait doucement ses joues. Puis, d'un geste nonchalant le professeur exécuta quelque mouvement de baguettes comme pour assimiler le sort qu'elle étudiait, et ainsi faire comprendre à son collègue qu'elle bossait et ne voulait par conséquent pas être déranger. Bien qu'à dire vrai, un peu de compagnie ne lui ferait que le plus grand bien, elle commençait désespérément à s'ennuyer...

-Mimble Wimble... Mimble Wimble... Wi...Mimble ? Mimble Wible ! ... Rha. Tu ne veux pas jouer les cobayes Black ? C'est vraiment dérangeant de te savoir ici, à me fixer, alors que je ne met ni en valeur ma nature de demi-vélane, ni mes mauvais tours... Et si tu as pour ordre de me chaperonner parce que j'explore un petit peu les couloirs de Poudlard, sache que Scamander élèves des bestioles toute bizarre dans sa cabane et qu'il mérite d'avantage d'attention que moi, pour le coup. D'autant plus que je n'ai ni forcé les murs, ni fait brûler quelques portes qui le mériterait pourtant...

La jeune femme leva donc son regard pour affronter celui de son interlocuteur, harponnant son âme l'espace d'un instant jusqu'à le noyer sous ce bleu d'azur qui composait ses intenses iris. Elle s'était accroché à chacun de ses traits, comme pour deviner chacune de ses pensées tapis là, derrière un simple levé de sourcil ou rictus à peine perspective, et finit par se perdre dans le col du professeur rouge et or lorsque son regard d'un bleu profond ne lui avait plus suffit. Cependant elle s'en décrocha bien assez tôt pour se tourner de nouveau sur ses livres et les étagères qui l'attendait. Il fallait qu'elle range tout cela sans quoi la bibliothécaire hurlerait, une nouvelle fois, sur le fait que la Serdaigle passait ses nuits ici et qu'elle en avait assez de la retrouver assoupi sur un matelas de livre traitant de magie noire ou de Poudlard...
Alors, comme pour plier le plus vite possible, Callidora se saisit d'un premier livre qu'elle lança à son homologue de métamorphose.

-Réflexe ?



Ps : Je suis désolée, c'est vraiment plat... Je ferais mieux la prochaine fois, mais si tu n'as pas matière à répondre dis le moi, je referais ce rp D8
<3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 06/01/2017
Mar 10 Jan - 9:37
Lesath observa et écouta son interlocutrice avec attention. Il y avait une espèce de menace fictive dans sa voix, et il adorait ça. Il l'écouta avec attention, mais analysa plusieurs choses en même temps de son oeil expert. Il avait déjà remarqué le titre du grimoire. Il avait également aperçu les jointures de sa main pâle se refermer sur ce dernier. Comme si il avait franchi un pas vers son intimité. C'était vrai. Non seulement il continuait de l'observer et de l'analyser, mais en plus il avait suivi. Il y avait de quoi rendre mal à l'aise n'importe qui? Pourtant elle ne semblait pas choquée outre-mesure. En fait, il s'en fichait. Les codes sociaux communs n'avaient que peu d'importance pour lui. Il continua de faire tourner sa baguette entre les doigts. Au moment où cette dernière passa devant la bibliothécaire, il marmonna quelque chose d'incompréhensible. Aussitôt, cette dernière sortit comme une furie de la Bibliothèque. Son maléfice de diarrhée instantanée avait été plus efficace qu'il ne le pensait... Il continua de faire tournoyer sa baguette en lui souriant légèrement. Ils étaient seuls désormais, il pouvait lui répondre sans que personne ne les accusent de "dispute". Ce n'était jamais très bon à Poudlard, d'afficher une guerre ouverte ente professeur. Et cette bibliothécaire mettait de toute manière son nez crochue un peu partout, ça avait tendance à agacer Lesath. Aux mots "amour passionnée" Black rosit légèrement et ressembla étrangement à un renard qui venait de tomber dans un piège à Loup. Il ne dit mot pendant un petit moment puis reprit d'une voix parfaitement normal, profitant de l'absence de la bibliothécaire pour amorcer un tutoiement.

Voyurisme secret et nocturne sont des mots sympathiques, mais mit ensemble ils me font passés pour un pervers non? Oh tu peux m'attacher à ta guise, mais je doute en tirer réel plaisir si tu veux mon avis!

Il la regarda faire sans un mot, l'observant légèrement en penchant la tête d'un air curieux. Il était rare de croiser des hybrides vélanes. Elles étaient souvent remplie de charme, certes, mais elles n'avaient pas trop d'effet sur le pauvre Lesath. Les souvenirs de sa bien aimée en train d'agoniser dans le teepi familial s'enfonça dans son esprit avec la force d'un dragon. Ses cils battirent trois fois, sans qu'aucune larme ne sorte. Son visage restait cependant impassible, il n'avait qu'une espèce de boule dans le creux de sa gorge. Même avec tout ce temps il n'arrivait donc pas l'oublier. Il ne pourrait reconstruire sa vie tant que le deuil ne serait pas terminé. Mais comment accepter sa mort? Si sa vie avait été prise par un sorcier, il aurait pu mettre sa baguette au service de la vengeance... Mais au lieu de cela, c'était une maladie, invisible et pernicieuse qui l'avait emportée. Ses yeux n'exprimant aucune véritable émotions pouvaient alors à ce moment paraître ternes et moroses. Il arriva à chasser ses pensées négatives de son esprit et reporta son attention alors qu'elle essayait de prononcer l'incantation. Il pencha la tête sur le côté, à l'image du renard qui vient de découvrir un mulot féroce en face de lui.

Mmmh, très intéressant. Oui j'aimerai bien servir de cobaye comme tu dis, mais je crois que je ne comprends pas très bien le goblebabille. Et j'admire ta beauté de demi-vélane mais je me demande également si il ne s'y cache pas un demi-bec crochu sous ce regard azur... Quand au Professeur Scamander, oui je pense qu'il mérite qu'on le nomme ainsi puisque c'est ce qu'il est, il est dans son droit... Après tout, ce n'est pas un simple élève non? Et il s'y connaît parfaitement bien, espérons juste qu'il vive assez longtemps pour voir ses créatures grandir, car au rythme où cela va, je ne serais pas surpris qu'il perde au moins un membre!

Il avait parlé d'un air mi-amusé, mi-réprobateur. Il l'a taquiné. Il faisait semblant de lui donner une leçon alors que ce n'était pas le cas. Il l'observa ses joues s'empourprer légèrement. Tiens, c'était curieux? Toujours sa tête penché sur le côté, il se mit à penser soudain qu'il avait l'air d'un idiot. Elle le fixait sans ciller, et dans un premier temps, il pensa à la Legillimancie. Par réflexe, il se ferma au monde comme il savait en réalité si bien le faire, mais ne voyant aucune tentative d'intrusion, il se décontracta. Si bien qu'il ne vit absolument pas arrivé le gros grimoire intitulé " Mille manière d'échapper à la mort". Il le prit en plein dans l'estomac et ce dernier retomba dans un bruit sourd sur le sol. Le souffle coupé, il redressa la tête d'un air joueur. Il l'avait cherché après tout non?


Mille manière d'échapper à la mort Travers ? Je crois que je viens d'en expérimenter une! C'est assez drôle non, tout ces livres sur les forces du mal...? Mais je croyais que tu étais professeur de Défense contre les Forces du Mal, pas Professeur d'Attaque Avec les Force du Mal...


Il se massa le ventre en grognant.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Callidora Travers
Attention, prof méchant
avatar
Messages : 44
Date d'inscription : 03/01/2017
Mar 10 Jan - 13:52
LibreParce que je vous nem trop ♡
Chocogrenouilles et Patacitrouilles

Soudainement piquée par une pointe de jalousie, Callidora venait de lancer mentalement un sort impardonnable à cet importun qui avait fait l'erreur de louer Scamander l'espace de quelques secondes. Heureusement pour lui, les derniers mot du professeur Black arrachèrent un petit rire à sa collègue qui, le regard amusé, ne pouvait cependant se détacher de cette fixation qui l'attachait à cet autre collègue, roux, et maladroit. Ses crises de jalousies devenait décidément trop malsaines, d'autant plus que l'obsession qu'elle éprouvait à l'idée de montrer à tous qu'elle était et resterait toujours meilleurs qu'un professeur assis au rang de ses élèves, n'était pas même partagé par l'intéressé. Callidora n'était pas du genre à mordre lorsqu'elle était rongé par la haine, préférant tout garder en son sein jusqu'à provoqué l'intéressé en duel et lui infligé une défaite plus que grandiose, cependant cette fois-ci la cible était plus délicate. C'était un collègue apprécié par le directeur au point même que le professeur de DCFM avait cru l'espace d'une semaine qu'ils étaient en couple, cependant, et à son plus grand bonheur, cela ne semblait être que le fruit d'une imagination trop fertile. Néanmoins cette annonce n'avait sû enrayer cette menace qui pesait sur ses épaules : la moindre attaque ou pique trop violente à l'égard de Scamander lui couterait gros auprès du directeur. D'autant plus que cet idiot avait su détourner ce qui s'annonçait comme une haine profonde en simple jalousie, et ça, ça craignait ; Scamander était trop adorable pour que Callidora ne parvienne à pleinement le massacrer, aussi elle s'était rabattut sur des piques silencieuses et des regards pesant qui la faisait plus passer pour une psychopathe ou un pedobear en devenir qu'une femme jalouse et en manque de reconnaissance.
Enfin. Elle finirait par entrer elle aussi dans les bonnes grâce du corps enseignant... Et dans celle du directeur, non ?

Alors, c'est avec une force certaine qu'elle envoya son grimoire à Black, comme pour se libérer d'obscures pensées. Cependant ce dernier l'interrogea sur la nature de ses lectures et, c'est une étincelle d'amusement dans le regard que la jeune femme se redressa et approcha doucement de lui, baguette en main. Sa démarche habituellement éthérée et surnaturelle se métamorphosa en quelque chose de plus dangereux, proche de celle d'un prédateur sur le point de bondir, si bien qu'un je-ne-sais-quoi lui arracha un sourire presque menaçant alors que sa baguette pointait le coeur de celui qui semblait devenir son adversaire. Cependant rien, aucun sort ne sanctionna la question, et c'est d'une voix plutôt douce bien que teinté de moquerie que Callidora y répondit :

-Je suis amoureuse de la magie, j'aime ses côtés lumineux comme les plus obscures. De plus comment pouvons nous prétendre enseigner à nos élèves des sortilèges visant à les protéger si nous ne connaissons qu'une infime partit de cette magie noire ? Trouver un remède sans avoir cotoyé la Malmagia, vous trouvez ça logique vous ? ... Ou alors tout ceci n'est qu'un masque des plus fade destiné à dissimuler mes obscures desseins. Je descend d'illustre mages noirs, qui sait, je pourrait avoir pour envie de devenir l'un d'entre eux ? Comme tous bon descendant de sang pur, c'est bien connu.

Cette fois-ci, Callidora ne put contenir son sourire plus longtemps, et c'est dans un éclat de rire cristalin qu'elle cessa ce petit jeu. Elle se hisa alors d'un petit bond sur le rebord de la fenêtre et accorda un radieux sourire à son collègue, l'oeil pétillant.

-Plus sérieusement je trouve la magie noire fascinante, c'est assez malsain je dois l'avouer, et on me l'a bien fait comprendre au sein du ministère de la magie, mais c'est une arme redoutablement déstabilisante en duel, et puis, peu commune. Il sera toujours plus facile de délier un sortilège scolaire qu'un maléfice inconnu, n'est-ce pas ? ... Bien qu'une mauvaise maîtrise de celle-ci, comme de bien des sorts d'ailleurs, peu conduire à quelques douloureuse expériences... Enfin, c'est aussi un bon prétexte pour tenir mes élèves tranquille. Hélas la plupart de mes maléfices restes pure théories, et je dois avouer qu'une maîtrise abstraite ne me satisfait que peu, mais d'un autre côté... Maîtriser un Imperium me terrifierait, je suis forcée de le reconnaître...

Un pâle sourire estompait déjà cet éclat de vie offert au monde, quelques instants plus tôt, cependant Callidora ne laissa transparaître cet état de trouble qu'un fraction de seconde, préférant se focaliser sur ses deux longues jambes qui, se balançant machinalement, lui accordait cet air d'enfant qu'elle avait eut avant son entrée au département des mystères. Après tout, c'est comme cela que tout avait débuté ; une nuit aussi claire que celle-ci, en compagnie de son mentor, et une promesse de faire de cette toute jeune adolescente l'une des plus grande mage de l'époque... Enfin, on pouvait passé ce dernier point, Callidora était loin d'avoir le niveau de bien des professeurs de Poudlard, bien que son jeune age en était sans doute l'une des causes.


-Sinon, qu'est-ce qui t'a poussé à sortir par une telle nuit ? Tu joues les marauder ? Mmh ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 06/01/2017
Mar 10 Jan - 15:46
Lesath observa sa collègue un petit moment. Il resta appuyé contre le mur froid sans un mot et croisa les bras, sa baguette bien droite pointant le plafond d’un air distrait. Il la regarda d’un air amusé s’avancer vers elle en lui pointant sa baguette droit vers le coeur. Il lui sourit largement. Dans un premier temps, il n’avait pas peur d’elle. Elle n’était pas assez idiote pour lui jeter un maléfice en plein coeur, au beau milieu de la Bibliothèque. Il n’avait pas non plus peur de la Mort, alors cette légère menace sur son organe vitale n’était pour lui qu’une crainte légère et douce. Il l’écouta avec attention et ne put rien répondre dans l’immédiat. Évidemment, elle avait raison. En tant que nouveaux professeurs de Poudlard, ils se devaient de repousser les limites de la magie dans leur domaine respectif. Mais ce n’était pour autant pas une raison pour se pencher de trop prêt dans la Magie Noire. Mais Lesath avait une confiance absolue en sa collègue, et savait pertinemment qu’il s’agissait simplement d’une curiosité. Et vu qu’elle n’était pas idiote, elle ne pourrait pas mélanger cette curiosité avec la bêtise. Lorsqu’elle prononça le mot « Malmagia » cependant, son sourire moqueur et taquin s’évanouit à l’instant même. Il n’avait même pas écouté la métaphore. Son visage s’assombrit. Il avait perdu sa mère, il avait perdu sa femme. La Malmagia était pour lui son plus grand maux, sa bête noire. Un éclair passa au travers des iris de Lesath.
Lorsqu’il se réveilla de ses rêveries, il écouta ce qu’elle lui disait à propos de la magie noire. Sa main se desserra légèrement sur sa baguette, son regard s’adoucit considérablement. Sa voix l’apaisait, était-ce son côté Vélane qui l’ensorcelait ? Il n’en savait rien, mais après le gouffre glacial qu’avait laissé ses pensées sur la Malmagia, son timbre de voix était d’une chaleur rassurante. Aussi, il répondit lentement et avec une douceur un peu trop artificielle :

- Certes. La Magie Noire a cependant un cruelle défaut. Elle est extrêmement puissant effectivement, mais il y a toujours un prix à payer pour un acte magique. Une vie pour une vie, une âme pour une âme. Une gloire personnelle pour une chute collective. C’est une branche de la magie qui ne m’a jamais réellement intéressée. Cependant… J’ai aussi quelques notions théoriques. Il est vrai qu’il est toujours bon de connaître le cerveau de son ennemi quand on doit l’affronter non ? La théorie sur la magie noire, et bien c’est pareil. Il vaut mieux savoir, plutôt que d’être démuni lorsqu’elle nous frappe de plein fouet.

Il repartit à faire tournoyer sa baguette magique dans ses doigts, négligemment appuyé contre le mur de la Bibliothèque. Il observa la jeune femme devant lui.  Ô combien il respectait cette jeunesse. Avide d’apprendre, de découvrir, de toucher, de provoquer pour voir quel serait le résultat. Parfois, et dans des moments comme ceux là, il sentait le poids des années sur ses épaules. Il continua de la fixer lorsqu’elle lui demanda ce qu’il venait faire à une heure si tardive ici même. Avec un nouveau sourire pleins de sarcasmes il lui répondit.

Peut être que je suis venu aussi m’instruire ? Savoir pourquoi un Professeur s’acharne après une porte me semble un mystère sympathique à résoudre. J’adore les mystères !


Il se décolla du mur pour la première fois depuis qu’il s’était transformé en humain. Il croisa sa baguette avec la sienne tout en douceur et l’écarta de son coeur lentement. Puis il déclara en baissant légèrement la voix pour qu’elle seule l’entende dans un murmure.

Tu ne vas quand même pas me jeter un maléfice ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Callidora Travers
Attention, prof méchant
avatar
Messages : 44
Date d'inscription : 03/01/2017
Jeu 12 Jan - 12:43
LibreParce que je vous nem trop ♡
Chocogrenouilles et Patacitrouilles

Une moue peu satisfaite inscrite sur le visage, Callidora écoutait un sermon qu'elle ne connaissait trop bien. Refrain monotone qui revenait à chaque évocation de ses lectures. Bien évidemment qu'elle connaissait les effets de la magie noire, elle la pratiquait à petite dose, et une magnifique cicatrices causé par un adversaire lui barrait aujourd'hui le dos, finement dissimulé derrière son tatouage d'Augurey. Elle l'avait étudié au département des mystères, l'avait combattu, l'avait aimé, et aujourd'hui apprenait à ses élèves à la combattre.. Pourquoi diable personne ne voulait lui faire confiance ?
Un fin soupire échappa à ses lèvres, signant l'arrêt de son attention. Elle se contenterait hocher la tête et affronter son ainé sans grande conviction, cela éviterait tout dérapage. Cependant, si sa Raison lui ordonnait de cessez tout dialogue, sa curiosité demeurait là, tapis, prêt à bondir. Elle ne demeura dans l'ombre que quelques instants pour tout vous avouer, juste le temps d'être relancée par un simple mouvement, un écart délicat de baguette et un murmure plus que curieux. Du moins, la curiosité fut d'avantage attachée à ce frisson qui l'avait parcourut plutôt qu'au contenu même du propos. Cependant Callidora n'avait pas esquissé le moindre mouvement et demeurait là, silencieuse, le regard hésitant. Que devait-elle faire ? Reprendre le contrôle d'une discussion qui semblait lentement l'attirer dans d'obscure horizons ou s'immerger dans l'inconnu et jouer la carte de la provocation comme elle savait si bien le faire ?

Provocation. Un simple pas la rapprocha dangereusement de cet être dont elle ignorait tout, jusqu'à venir affronter son regard dans un séduisant sourire. Elle se tenait là, le menton levé en sa direction afin de réduire la distance qu'imposait leur tailles respectives, cependant tout dans son langage corporel semblait impégné d'une arrogante assurance qui avait de quoi vous faire tourner la tete. Alors, glissant une main sans doute trop curieuse sur le col de son ainé afin de l'attirer a elle et renforcer le charme qu'elle exerçait sur lui, la jene femme approcha ses lèvre des siennes pour lui répondre un simple :

"Nul besoin de maléfice Black, tu es déjà sous mon emprise mais tu l'ignores encore."

Elle le relâchait à présent un fin sourire aux lèvres et rangeait précieusement sa baguette afin d’entamer une balade entre les diverses étagères qui lui faisait face. Aussi, lorsqu'elle disparu au détour de l'une d'entre elles, ce fut dans un fredonnement à peine perceptible. Un thème étrange qui semblait pourtant ravir son cœur au vu du sourire grandiose qui avait éclos sur ses lèvres.

"A dire vrai, la première raison qui m'a poussée à crocheter le bureau de notre cher ami concierge était les objets confisqués. Certains pourraient m'être incroyablement utile sans que je n'ai à dépenser le moindre Gallions. Mais plus que tout, la raison principale à tout ça est un livre permettant de localiser avec une précision, certes toute relative, la chambre des secrets. Tu imagines ? Pouvoir pénétrer un lieu dissimulé depuis tant d'année ? Et puis, avec un peu de chance le cadavre du basilic y est encore ! J'ai toujours rêvée d'en observer un ! Bon, il sera mort mais... C'est déjà mieux que rien... Et puis imagines, ça sera l'occasion de voir nos noms placardé sur la Gazette du Sorcier, glisser entre les pas de sorcier légendaire, ou bien en faire un repère connu uniquement de nous deux... Et en faire ce que nous voudrons... Tu m'aides ?"

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 06/01/2017
Jeu 12 Jan - 18:27
ft. Callidora Travers & Lesath Black
Alors en pleine discussion à la Bibliothèque, deux Professeurs de l'école tente de fracturer le bureau du Concierge pour récupérer un héritage familial commun...

Chocogrenouilles et Patacitrouilles.
Lesath l'observa un instant. Tout n'était que confusion dans sa tête. Il la regarda se coller contre lui et lui saisir le poignet. Il la laissa faire. Premièrement parce qu'il avait été complétement surpris, et deuxièmement car cela devait faire des années que Lesath ne s'était pas retrouver aussi proche d'une femme. Cependant, son visage restait impassible, il claqua simplement la langue devant ses lèvres, d'un bruit semblable à un glapissement de Renard. Il l'a regarda ensuite partir de son propre corps aussi rapidement qu'elle était venue. C'était étrange, il avait le sentiment de ne pas avoir vécu depuis le décès de son ancienne épouse. Oh, il avait bien évidemment eut des aventures, mais cela l'avait mis dans un état pitoyable pendant plusieurs jours. Déprimant, buvant et se droguant, il avait été sauvé uniquement par les bons soins de son Elfe de Maison, Cataplasm. Sortant de sa rêverie, il l'écouta avec attention, analysant chacun de ses gestes gracieux, qui semblaient pourtant totalement aléatoires, et sans aucun lien logique particulier. Il l'écouta son discours sur la Chambre des Secrets. Qui n'avait pas rêver d'un tel mythe? Qui n'avait pas rêver de la gloire de la trouver? Malgré tout, la majorité de sa famille était passé par Serpentard. Et il savait pertinemment qu'ils ne pourraient pas y rentrer sans parler Fourchelang. Il savait bien évidemment qu'il ne s'agissait absolument pas d'un mythe, qu'elle était bien réelle. Mais n'ayant pas le sang de Serpentard dans les veines, ni celui d'Herpo l'Infâme, il n'était pas en mesure de l'ouvrir, même si il trouvait l'entrée. Aussi, lorsqu'il lui répondit, ce fut avec une voix pleine de malice. Il ne savait pas si c'était son charme de Vélane qui agissait ainsi, mais ses mots sortirent de sa bouche plus vite que prévu, ce qui était extrêmement rare dans son cas.

Je ne cherche ni la gloire, ni le pouvoir... Les deux ne m'ont jamais réussi... Par contre si tu cherches un endroit pour nous deux, inutile de s'engouffrer bien loin dans le château, nos chambres sont bien plus accueillante...


Ses joues rosirent légèrement. Il venait de se rendre compte de ce qu'il venait de dire. C'était clairement une proposition. Il l'avait prononcer sans le vouloir. Son cerveau reprit d'un seul coup le dessus. Il ne l'avait pas fait exprès, et il se doutait qu'elle utilisait ses talents de Vélane pour le séduire. Maintenant, il avait honte. Il aurait bien voulu se changer en Renard à l'instant même, pour ne plus subir ce genre de charme. Puis, il l'aurait mordu pour avoir essayer de le manipuler. Oui, méchamment même. Lorsqu'il reprit la parole cependant, ce fut toujours avec cette voix cassante et pleine de sarcasme qui lui était propre :

- Mais je préfère quand même le mythe de la Salle sur Demande... Après tout, tu devrais en avoir conscience non? Les Serdaigles sont en général plus à même de trouver la salle, d'après les rumeurs. Je pourrais y trouver tout ce qu'il faut en ce qui concerne les protections contre les Vélanes... Une protection pour me protéger de ton bec quand tu es en colère par exemple!

Il avait pris pleinement conscience de ses moyens à nouveau. Il avait également profiter du moment où il parlait pour analyser l'acte magique en parallèle. C'était un de ses atouts de maître en Métamorphose, analyser un maléfice pour en comprendre la substance. En fait, c'était d'une simplicité évidente. Il fallait juste rester concentrer sur le réel au moment où cela arrivait. Plus on était rêveur, plus on avait de chance d'être pris au piège. Il continua de l'observer puis finit par déclarer d'un ton tout à fait naturel.

Oh... Après, pour en revenir à ce Concierge, je sais qu'il y a dans son bureau plusieurs objets qui appartiennent à ma famille... Je crois que....


Il s'assit sur la table comme un enfant et se mit à réfléchir à toute vitesse.

Il existait une carte, qui révélait l'ensemble de Poudlard, elle appartenait à un arrière-arrière-arrière grand oncle d'après mon père. Mais il m'a dit qu'elle avait été récupéré par Harry Potter, donc on n'a peu de chance de la récupérer. Après, il y a la collection de cartes de Chocogrenouille de mon arrière-arrière-arrière grand père, côté Slugorn. Mais je doute qu'elle puisse t'être utile puisqu'elle a été confisquée en raison d'un maléfice de Furonculus. Des furoncles poussaient sur les mains du voleurs d'après la légende. Mais maintenant qu'il est mort, tu pourrais peut être la récupérer sans y risquer tes doigts de fée. Oh, et je crois que d'après Cataplasm, mon Elfe de Maison, il y a également la tête de son arrière-arrière-arrière grand mère à lui, elle a servi les Slughorn, puis elle a été décapitée. Et il doit y avoir également...

Il s'arrêta un instant. Un sourire s'était dessiné sur son visage. Il y avait un objet qui devait avoir plus de valeur que tout ceux qu'il avait cité. C'était une vieille légende de famille. Qui s'était transmis de génération en génération. Aucun de ses ancêtres à l'état d'élève n'avait réussi à le récupérer. Mais justement, depuis Phineas Black, il devait être le seul à avoir été Professeur dans cette école. Il y avait un objet, qui avait été confisqué il y a des années par un concierge du nom de Ogg, bien antérieur à Argus Rusard. Il marqua une longue pause puis déclara :

Mon père m'a également parlé d'une longue vue très très ancienne. Elle a été acheté il y a fort longtemps par Abraham Travers, oui, ne me regarde pas comme ça, nous sommes cousins, c'est évident. Tu t'attendais à quoi? Me violer pour avoir un enfant? On aurait eu l'air malin tiens, avec un consanguin.

Il croisa les bras, il adorait envoyer des piques cinglantes comme ça, autant que de faire des métaphores. Et puis, vu les paroles qu'il avait prononcé quelques minutes auparavant, il valait mieux pour lui qu'il essaie de les noyer dans un tissu d'idiotie. Cependant il reprit sans changer de ton, et essaya de se remémorer les paroles de son père.

Cette longue vue a été forgé par les Gobelins, elle permet de révéler n'importe quel Enchantement à celui qui regarde à l'intérieur. Maintenant je comprends pourquoi elle est resté dans les tiroirs du concierge. Pour un Cracmol, elle devait être sacrément pratique...


Il resta encore quelques secondes à réfléchir, puis se leva d'un bond et se dirigea vers la sortie. Il se retourna pour regarder Callidora d'un air éloquent.

Disons que si nous allons la chercher, on ne fera que récupérer ton héritage. Ou mon héritage, ou notre héritage. Si c'est un objet maudit, promis je te le laisse.


Et sans cérémonie, il sortit de la bibliothèque pour revenir vers l'endroit où il avait vu Callidora pour la première fois de la soirée. Il n'y avait personne dans les couloirs, la bibliothécaire devait encore être coincé aux toilettes. Il ne se retourna pas, se doutant qu'il avait aiguisé suffisamment la curiosité de Callidora pour qu'elle le suive. Il y avait quelque chose d'envoutant à faire cela. Il n'avait plus besoin de Philtre de Paix pour se sentir serein. Cette quête l'avait dynamisé au plus haut point. Il arriva enfin devant la porte. Machinalement, il essaya de tourner la poignée. Fermée. Il n'eut pas l'idiotie de retenter le sortilège de Déverrouillage. Il avait une bien meilleure idée. Il sortit de sa poche un chewing-gum qu'il commença à mâcher, il le plaça ensuite dans la serrure et ce dernier se confondit avec elle. Alors, d'un coup de baguette sur ce dernier, il pensa * Duro. *. Le chewing-gum se durcit, pour avoir la même consistance qu'une clef. Il le tourna dans la serrure, il y eut un petit clic et il ouvrit la porte. Il n'y avait personne. Et Lesath remarqua immédiatement qu'au vu de la couche de poussière qui résidait ici, il doutait fortement qu'un concierge y vive encore ...
Il se tourna vers la Professeur de DCFM et déclara :

Après vous ma jolie.


Et avec un sourire mystérieux, il lui adressa un léger clin d'oeil.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Carpe Retractum :: Poudlard :: Autres salles :: Bibliothèque-
Sauter vers: